Articles

Un deuil sans mort : Perdre son identité personnelle

« Pas de règle du jeu. Pas de délai. Pas de jugement. Le deuil est aussi individuel qu’une empreinte digitale. Faites ce qui est bon pour votre âme. » – Une veuve en forme

La perte d’un individu qui n’est pas décédé peut être aussi difficile que la perte d’un individu qui est décédé. En outre, se perdre soi-même présente des aspects similaires à la perte d’un autre individu. Et bien souvent, l’individu passe par les mêmes étapes du deuil (une analyse approfondie des composantes du processus de deuil), notamment le choc, le déni, la colère, le marchandage, la dépression, l’épreuve et l’acceptation. Plus précisément, le choc : la paralysie initiale à l’annonce de la mauvaise nouvelle, le déni : la tentative d’éviter l’inévitable, la colère : le déversement frustré d’émotions refoulées, le marchandage : la recherche vaine d’une issue, la dépression : la réalisation finale de l’inévitable, la mise à l’épreuve : la recherche de solutions réalistes, et l’acceptation : la découverte finale de la voie à suivre (modèle de Kubler-Ross modifié). Il convient de noter que la durée et l’ordre de ces étapes peuvent varier et qu’il est possible de passer d’une étape à l’autre. La thérapie est utile lorsqu’une personne est « bloquée » dans une étape spécifique pour l’aider à aller de l’avant avec la perte. En outre, il existe deux types de deuil : aigu et compliqué (c’est-à-dire prolongé – qui dure plus d’un an) selon la durée du deuil (Dryden-Edwards & Stoppler, n.d.).

Bien que le deuil soit souvent lié au décès d’un être cher, toute perte importante (rupture d’une relation, perte d’emploi, perte d’un chien, perte d’une situation de vie) peut également entraîner une réaction de deuil. Ces personnes peuvent souffrir de dépression ou de syndrome de stress post-traumatique ainsi que de difficultés de sommeil, d’appétit, de poids, de concentration ou de niveau d’énergie (Dryden-Edwards & Stoppler, s.d.). Les symptômes du deuil peuvent être de nature émotionnelle, physique, sociale ou religieuse. Dans certains cas, la perte d’une personne ou d’un objet peut finalement conduire à un développement personnel accru (Dryden-Edwards & Stoppler, n.d.). Il est important de noter que le deuil est un sentiment commun et qu’il résulte de la perte de tout ce qui est important pour l’individu (Dryden-Edwards & Stoppler, n.d.).

Le plus souvent, les chercheurs ou les cliniciens ne discutent pas de la perte d’identité personnelle. Alors que cela peut avoir eu lieu dans l’enfance ou à la fin de l’âge adulte. La perte peut ou non survenir après certaines des pertes discutées précédemment (par exemple, la perte d’un emploi, la perte d’une maison), mais d’autres pertes surviennent après un abus (qu’il soit physique, émotionnel ou sexuel). Lorsqu’une personne perd son identité, elle peut ne plus savoir qui elle est ni où elle veut aller dans la vie. Dans les cas extrêmes, les individus peuvent s’isoler parce qu’ils s’inquiètent de savoir avec qui se connecter s’ils ne savent pas qui ils sont eux-mêmes (Sell, 2013). Essentiellement, l’identité est cet ensemble d’attributs qui définit la façon dont les individus se perçoivent (Sell, 2013). Lorsqu’une personne perd son identité, elle passe souvent par les étapes du deuil.

À noter que l’identité est la capacité d’une personne à réfléchir sur elle-même et à prendre conscience. Les gens acquièrent généralement leur identité à travers les tâches qu’ils accomplissent et les objets auxquels ils s’identifient (Radwan, n.d.). On peut avoir une identité avec une personne (par exemple, les enfants qui essaient d’imiter leurs parents), une identité avec un travail, ou s’identifier à un objet (par exemple, une voiture ; Radwan, n.d.). Si une personne s’identifie comme une personne qui a réussi parce qu’elle a une famille et un emploi riche, si elle est licenciée ou si son conjoint demande le divorce, cette personne peut perdre son identité. Tout comme la perte d’un être cher ou d’un objet matériel, les individus peuvent passer par les sept étapes du deuil. La perte de son identité peut survenir soudainement ou au fil du temps.

En tant que thérapeute, il est essentiel de ne pas  » précipiter  » les individus dans leur deuil de leur identité. Permettez à ces individus de passer par les étapes du deuil et aidez-les à reconnaître les étapes dans lesquelles ils sont  » bloqués « . Puis, en retour, aidez-les à franchir ces étapes. Soyez patient avec leur capacité à former une identité propre.

En outre, il est important d’aider les individus à reconnaître leurs valeurs internes et externes, et à créer leur propre identité (Sell, 2013). De cette façon, l’individu peut choisir la définition qu’il veut- il n’a pas à vivre selon les attentes de qui les autres veulent qu’il soit, mais il vit selon ses propres attentes. En acceptant un soi, les individus ne sont pas limités par une quelconque notion d’identité, ils se libèrent pour être juste ce qu’ils sont (Sell, 2013). Se créer soi-même et choisir son identité.

Enfin, un domaine commun où les gens perdent leur identité est lorsqu’ils sont déprimés- ils peuvent avoir des trous de mémoire, ils peuvent perdre leur capacité à trouver du plaisir, ils peuvent avoir une libido diminuée, ils peuvent avoir des difficultés à se concentrer, et ainsi de suite (Smith, 2018). En tant que thérapeutes, reconnaissez que c’est un voyage de reconquête de soi morceau par morceau, et qu’ils peuvent passer par les étapes du deuil (Smith, 2018). Dans ce cas, la dépression peut avoir été une étape spécifique du deuil où il a perdu son identité. Les aider à se reconstruire est essentiel.

De plus, la perte d’identité peut avoir un impact comme la perte d’une personne. De plus, on peut perdre son identité après avoir perdu une personne, un animal, un travail ou un objet. Ainsi, les individus peuvent passer par les étapes du deuil pour les deux aspects. Il est important d’être patient avec la personne et de l’aider à reconnaître l’aspect du deuil qu’elle vit. Permettez à la personne de  » le ressentir pour le guérir « .

Agler, A.M. (2014).  » Je ne sais plus qui je suis  » : La perte de mon identité. Récupéré sur https://www.counselling-directory.org.uk/counsellor-articles/i-dont-know-who-i-am-anymore-losing-my-identity

Dryden-Edwards, R. & Stoppler, M.S. (n.d.). Le deuil : La perte d’un être cher. Récupéré sur https://www.medicinenet.com/loss_grief_and_bereavement/article.htm

Radwan, M. F. (n.d.). Identité psychologique et crise d’identité. Récupéré sur https://www.2knowmyself.com/Psychological_identity/identity_crisis/who_am_i

Sell, L. (2013). La perte de mon identité. Récupéré de https://www.huffingtonpost.com/lorenz-sell/self-identity_b_3779389.html

Smith, J. (2018). Gérer la perte d’identité dans la dépression. Récupéré sur https://www.healthyplace.com/blogs/copingwithdepression/2018/03/dealing-with-identity-loss-in-loss-depression

À propos de l’auteur————————–

Michelle Blose est actuellement stagiaire au Bay Pines VAHCS et étudiante en cinquième année de doctorat à la Nova Southeastern University. Son courriel est [email protected]


17 avril 2019 Michelle Blose

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *